Connectez-vous S'inscrire
HANDSEVEN : Devenez l'acteur de toute l'actualité du Handball !




Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
Rss
Mobile
Video
Newsletter












D1 Masculine

MONTPELLIER : Honrubia « Je connais l’investissement »



DR
DR
Samuel Honrubia, l’ailier du MAHB, ne se laisse pas griser par son premier titre mondial.

Que reste-t-il de votre premier titre mondial décroché fin janvier avec l’équipe de France ?

Difficile à dire, parce que j’essaie de le mettre dans un coin de ma tête et de ne pas trop y penser. En fait, je ne peux pas choisir, c’est encore indescriptible. J’ai ressenti tant d’émotions. Tous ces souvenirs qui ressurgissent m’amènent tellement de bonheur.

Avez-vous pris le temps de savourer ?

Oui, quand même. À notre retour, Patrice Canayer nous a laissé quelques jours pour souffler. J’ai pu passer du temps avec mes proches, mes amis. Ma compagne m’avait préparé une surprise, un soir à la
maison en invitant tous les potes pour fêter ça. Ils te racontent leur championnat du monde à eux, comment ils l’ont vécu. Ce partage-là te fait prendre conscience, en fin de compte, de ce que tu as réalisé. Et puis ça recharge les batteries.

Des choses ont-elles changé ?

Ce que je remarque le plus, c’est les jours de match, les regards des gens, leur quête d’autographes et l’accueil dans les salles où on a joué. Les sollicitations médiatiques aussi sont plus nombreuses. Au début, je me sentais un peu investi d’une mission, celle de faire partager ce que j’ai vécu. Mais c’est fatigant. Il faut faire le tri. Et puis ce n’est pas le moment. Dans mon quotidien, en revanche, rien n’a véritablement changé. On ne me reconnaît pas plus dans la rue, mais ça me va très bien. Pour Niko (Karabatic, NDLR), j’imagine que ça doit être bien plus pesant.

Comment s’est passé votre retour à la compétition ?

Logiquement, le premier match face à Istres a été compliqué physiquement. Depuis, ça va mieux. Dans ce domaine, je suis revenu au top, je n’ai plus de problème d’épaule. Le plus difficile a été de retrouver la concentration et les repères d’avant-match parce que tu as alors l’impression que tout le monde te regarde t’échauffer. Ça s’estompe avec le temps.

N’avez-vous pas le sentiment qu’on va désormais attendre encore plus de vous ?

Les choses vont être comme elles ont été depuis le début de la saison. Ce n’est pas parce que j’ai été champion du monde que ça va faire de moi un meilleur joueur. Quand tu joues à Montpellier, l’attente est toujours très forte. Ce titre mondial est un aboutissement, mais ce n’est pas une fin en soi pour moi. C’est quelque chose de grand que j’ai envie de prolonger. Je connais le degré d’investissement qui doit être le mien. Surtout à Montpellier. Tout ce qui nous est arrivé à William (Accambray) et à moi, parce que Micha (Guigou) et Niko (Karabatic) en ont l’habitude, doit nous servir.

Dans quel état d’esprit êtes-vous alors que se profile la reprise de la Ligue des champions, dimanche à Hambourg ?

J’essaie de ne pas trop penser à Hambourg. Avant l’Europe, il reste encore ce match face à Toulouse. C’est du temps qui nous est donné pour bien bosser collectivement. On en a bien besoin.

Recueilli par FRÉDÉRIC PRADES
SOURCE MIDILIBRE

Jeudi 17 Février 2011
Notez
Lu 364 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Septembre 2013 - 10:08 MAHB : Les quatre contrats homologués.

Jeudi 12 Septembre 2013 - 09:58 NANTES : ANTI prolonge au H.




Coupe EHF
20/05/2013 | 1000 vues
D1 Féminine
20/05/2013 | 616 vues
D1 Masculine
13/05/2013 | 556 vues
D1 Masculine
13/05/2013 | 379 vues
D2 Masculine
13/05/2013 | 452 vues





Une création de la marque déposée HANDSEVEN - Tous droits réservés et protégés par Copyright 2009 - 2013