Connectez-vous S'inscrire
HANDSEVEN : Devenez l'acteur de toute l'actualité du Handball !




Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
Rss
Mobile
Video
Newsletter












D1 Masculine

Ibrahima Diaw : "retrouver un Paris en haut du championnat"

Après plusieurs semaines de conflit avec le club d'Istres, Ibrahima Diaw revient officiellement au Paris Handball deux ans après l'avoir quitté. Portrait d'un handballeur qui évoque la sélection sénégalaise, ses projets en Afrique et ses ambitions parisiennes.



Ibrahima Diaw revient au Paris Handball après son litige avec Istres. Photo : Emmanuelle Bour/ metro
Ibrahima Diaw revient au Paris Handball après son litige avec Istres. Photo : Emmanuelle Bour/ metro
Ibrahima Diaw a aujourd'hui mis un terme au conflit qui l'opposait à son club d'Istres en rejoignant son ancien club du Paris Handball. Le litige avec Istres était né lorsqu'il a décidé de jouer sous les couleurs du Sénégal pour les Jeux Africains au Mozambique. Pour participer à ces jeux, reconnus par la CIO mais non par la Fédération Internationale de Handball, Ibrahima Diaw a eu besoin de l'autorisation de son club pour partir. L'accord lui a été donné, à condition qu'il attende le match contre Dunkerque, rencontre importante de la première journée de D1 (perdue 18-29). Mais l'arrière droit de 31 ans a fait le choix de partir en Afrique sans attendre, pour jouer les matches de qualification de la poule du Sénégal. Une décision qui a permis de mener l'équipe de handball du Sénégal jusqu'en demi-finales, avant de s'incliner face à l'Angola. Ibrahima Diaw ne regrette rien: "C'était une aventure à vivre. C'est une équipe mise sur pied il y a un an seulement et on a réussi à créer une bonne dynamique de groupe".

"Le handball est un sport qui monte en Afrique"

Né en France de parents sénégalais, Ibrahima Diaw a saisi l'opportunité de jouer en équipe nationale sénégalaise, puisqu'il sait qu'une sélection nationale française devient de plus en plus hypothétique. Portant haut ses racines, il assume son choix sénégalais au point d'avoir fondé, il y a un an avec d'autres joueurs de D1, une association pour promouvoir le handball en Afrique, "Afrikan ID", pour laquelle il récupère du matériel et fait appel à la générosité du monde du handball. L'idée prend forme: un centre de formation au Sénégal et un autre en Côte d'Ivoire devraient ouvrir leur portes en 2012. "On part de zéro, mais on y croit. Quand je vois le monde qu'il y avait pour assister à nos matches... Les jeunes étaient attirés par ce sport, que certains découvraient". D'après le sportif, "le handball est un sport qui monte en Afrique, les nations commencent à investir. Une structure à l'européenne est en train de se mettre en place, et c'est une bonne chose."

Un autodidacte aguerri

Ironie du sort, l'homme qui créé des centres de formation en Afrique n' est jamais passé par l'un d'eux dans sa carrière. Il a commencé le handball tard, à 17 ans, sur les conseils d'un ami, et dès lors n'a jamais cessé de travailler, s'entraînant jusqu'à dix fois par semaine. "Travailler dur, toujours persévérer, faire confiance à ceux qui ont plus d'expérience, et garder à l'esprit que peu importe le milieu d'où l'on vient, on peut toujours réussir et y arriver".
A bientôt 32 ans, Ibrahima Diaw se considère à la moitié de sa carrière, et se penche dès à présent sur sa reconversion, qu'il envisage en kiné.

Faire partie du projet du Paris Handball

Mais avant sa retraite, il compte bien jouer encore quelques années. Son retour retentissant au Paris Handball se fait, de son côté, avec émotion: il s'agit du club avec lequel il a fait ses premiers pas en D1, en 2003. Le manque d'indulgence de la part d'Istres et le bruit fait autour de son départ pour les Jeux Africains lui font voir son retour à Paris comme "une libération". Le handballeur a hâte de se "débarrasser de cette prise de tête administrative", pour pouvoir "faire partie du projet du club et retrouver un Paris en haut du championnat, à sa place". S'il avait quitté le club en 2009 pour Istres pour répondre à son "besoin de changement" après le passage du club en D2, il a "toujours eu dans un coin de [sa] tête l'idée de revenir finir sa carrière à Paris". Un retour qui sera mis à l'épreuve les deux week-end à venir, lors des matches de 8e et 9e journées de D1, contre Cesson-Sévigné le 11 c et contre Montpellier le 16 novembre .
Qu'on se le dise, Ibrahima Diaw n'éprouve "aucun regret, et n'a pas fini de jouer".

SOURCE METROFRANCE.COM

Vendredi 11 Novembre 2011
Notez
Lu 620 fois


1.Posté par bayemusa le 13/11/2011 21:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Du courge diaw et bonne continuation tout le senegal est derriere toi

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Septembre 2013 - 10:08 MAHB : Les quatre contrats homologués.

Jeudi 12 Septembre 2013 - 09:58 NANTES : ANTI prolonge au H.




Coupe EHF
20/05/2013 | 1000 vues
D1 Féminine
20/05/2013 | 616 vues
D1 Masculine
13/05/2013 | 556 vues
D1 Masculine
13/05/2013 | 379 vues
D2 Masculine
13/05/2013 | 452 vues





Une création de la marque déposée HANDSEVEN - Tous droits réservés et protégés par Copyright 2009 - 2013